Nos sites web
Nature maine-et-loire.fr Protégeons les espaces naturels de l'Anjou

© Étienne Begouen

Vallée du Thouet et marais de Distré

Temps de lecture :  min.

    2 087

    Ha

    Au Sud-Est de l’Anjou, le Thouet émerveille encore

    Dans le Saumurois coule le Thouet, un affluent de la Loire. Prenant sa source dans les Deux-Sèvres, il se faufile le long d’un sillon calcaire juste avant d’arriver en Maine-et-Loire. Là, de Montreuil-Bellay à Saumur, la pente devient très faible. Cette basse-vallée, classée espace naturel sensible, dessine une large coulée verte dans le paysage.

    Le Thouet s’y fait petite rivière paisible, zigzaguant tendrement dans la campagne. Mais il lui prend parfois de déborder de son lit ou que la Loire, en crue, y fasse une incursion. La vallée peu encaissée se retrouve alors vite inondée.

    En suivant les multiples chemins longeant son cours, le promeneur découvrira des panoramas variés. Les prairies humides alluviales font notamment partie du patrimoine paysager local. La Prée de Bron, la Prairie de la Motte, la Prairie de Munet… : autant de lieux-dits venant le rappeler. Et si les cultures et les plantations de peupliers ont profondément changé le visage de la vallée, des prairies et marécages subsistent encore.

    C’est le cas près de Saumur, où le marais de Distré s’étend le long du Doué, l’un des affluents du Thouet. Cette zone humide tout en longueur est protégée depuis 1996. Le visiteur pourra y découvrir une flore étonnante. Les cariçaies, en particulier, s’y déploient en grandes touffes herbeuses dépassant 1 mètre de hauteur !

    Faune et flore de la vallée du Thouet et du marais de Distré

    La basse vallée du Thouet, paradis des êtres ailés

    Le long de la rivière viennent pêcher divers oiseaux. Le Héron cendré sera sans doute le plus facile à observer mais le Martin-pêcheur et le Balbuzard pêcheur pourront également être repérés.

    Le marais de Distré est quant à lui le domaine du Bruant des roseaux. Sous ses apparences de granivore, ce petit passereau se fait insectivore à la belle saison. Ses cousins les Bruants jaune, zizi et proyer ont quant à eux investi les prés bocagers et champs de la vallée.

    L’avifaune s’invite même en plein centre-ville de Saumur. Si l’on pense avoir aperçu un canari échappé de sa cage, c’est peut-être bien un Serin cini ! Oiseau des campagnes comme des villes, ce petit passereau menacé a un chant caractéristique constitué de frénétiques gazouillis aigus émis la plupart du temps du haut de la cime d’un arbre.

    Le Râle des genêts était lui aussi présent dans la Vallée du Thouet il y a encore une dizaine d’années. Les prairies gérées de manière extensive se faisaient alors plus abondantes. En Anjou, seules les Basses vallées angevines accueillent encore une population en déclin de cette espèce menacée.

    D’autres êtres volants remarquables ne sont pas à plumes. Des papillons rares comme l’Azuré du Serpolet vivent dans la vallée. Des demoiselles et libellules également, comme le menacé Agrion de mercure.

    Poissons et mammifères au fil du Thouet

    Dans la vallée, de multiples zones humides constituent encore d’intéressantes frayères à Brochets. La présence d’anguilles et de lamproies marine est également avérée mais elle semble très fortement limitée par les barrages sur le Thouet.

    Mais les deux stars de la rivière, ce sont deux mammifères : le Castor d’Europe et la Loutre d’Europe. Après avoir disparu des lieux, les deux compères se sont peu à peu réappropriés le cours d’eau et ses affluents. Le Castor d’Europe est même présent au marais de Distré. Il n’est ainsi pas rare d’entendre parler d’un nouveau barrage construit dans la vallée !

    Deux mustélidés ont également été observés autour du Thouet : la Belette ainsi que le rare Putois d’Europe qui affectionne les zones humides. Ce dernier est menacé au niveau régional alors même qu’il est souvent accusé d’être un nuisible.

    Tout un cortège de chauves-souris peuple également la vallée. Une quinzaine d’espèces y ont été observées, chacune ayant ses terrains de chasse privilégiés. Le Murin de Daubenton est notamment l’une des plus spécialisées dans les milieux aquatiques.

    Des zones humides que Monet n’aurait sans doute pas boudées

    Dans les prairies humides relictuelles, photographes et apprentis botanistes seront comblés. Peut-être même quelques peintres ?

    La Fritillaire pintade, ou Gogane en Anjou, y fleurit de façon précoce dès la mi-mars. La Scutellaire à feuilles hastées trouve également là un de ses derniers bastions à l’échelle du Maine-et-Loire comme de la France. Bien moins connue que la Gogane, elle arbore des fleurs violettes tubulaires qui ont l’originalité d’être toutes situées sur une même rangée.

    Les pieds dans l’eau, d’autres plantes remarquables attendent le promeneur. Le rare Petit ou Faux nénuphar (Nymphoides peltata) porte bien son nom : il ressemble à s’y méprendre à un nénuphar. Durant tout l’été, il donnera des fleurs jaunes. Pour ajouter à la confusion, une autre plante aquatique de la vallée est parfois dénommée « Petit Nénuphar ». Il s’agit de la Grenouillette (Hydrocharis morsus-ranae) dont les feuilles peuvent rappeler en effet celles des nénuphars. Elle arbore pour sa part des fleurs blanches.

    Dans l’eau comme dans la tourbe du marais se dresse aussi la Populage des marais. Elle forme des touffes qui se parent en avril-mai de belles fleurs d’un jaune doré. À ses côtés pousse l’Iris des marais, ou Iris jaune, une plante également typique des zones humides.

    Le long du Thouet, le promeneur profitera par ailleurs de l’ombre des Ormes, des Saules et des emblématiques Frênes têtards.

    L’anecdote du naturaliste Des brochets dans la prairie

    Le Brochet ne pond pas au fond du Thouet : ses frayères (lieux de ponte) sont situées dans les prairies alentour. Pourtant, il n’a vraiment rien d’un poisson amphibie ! C’est que le Brochet ne s’y rend que l’hiver, lorsque les prairies sont inondées. Il dépose alors contre les plantes immergées des œufs adhésifs. Ces derniers vont éclore généralement en moins de deux semaines mais les alevins ne quitteront pas pour autant les prairies. Ils y grandiront et ce n’est qu’en mai, lorsque l’eau se retirera, qu’ils regagneront le Thouet.

    Des enjambées empierrées

    Des ponts aux architectures très différentes sont à découvrir dans la vallée. Deux d’entre eux sont très curieux : il s’agit de ponts mégalithiques. Enjambant un boire de la rivière à Artannes-sur-Thouet, ils sont constitués de seulement une ou deux dalles ! Ces dernières sont soutenues en leur centre par une pile de pierres. Si ces ponts semblent anciens, il est néanmoins difficile de les dater.

    D'une toute autre taille, le très beau pont du Vernay dans les Deux-Sèvres, date du Moyen Âge. Son architecture est inhabituelle en France et on la retrouve surtout en Angleterre !

    Le pont en ruine de Taizon, datant du XIIIe siècle, se situe quant à lui un peu avant la frontière avec le Maine-et-Loire. Avant d’être détruit lors de la Seconde Guerre Mondiale, il assurait la liaison entre Thouars et Puy-Notre-Dame.

    Un espace naturel sensible à protéger

    Les écosystèmes de la vallée du Thouet sont confrontés à de nombreuses menaces. Ce sont d’abord des actions délétères de l’homme sur les milieux comme le remblaiement de certaines zones humides ou la plantation anarchique de peupliers. C’est aussi l’abandon du pâturage qui a déjà réduit comme peau de chagrin les prairies humides.

    Mais ce sont également l’arrivée d’espèces à caractère invasif. La vallée du Thouet est l’un des espaces naturels sensibles du département les plus particulièrement touchés par ce phénomène. Il y a d’abord le développement dans l’eau de la bien connue Jussie, une plante étouffant les écosystèmes. Mais il y a aussi une invasion moins « classique » : celle du Xénope lisse. Cette sorte de grosse grenouille dépourvue de langue s’est échappée d’un élevage dans les Deux-Sèvres. Elle a depuis suivi le cours du Thouet et se multiplie dans la vallée. Les populations de l’animal sont suivies et des actions sont réalisées pour ralentir sa progression.

    Découvrir l’ensemble des actions du Département de Maine-et-Loire pour la préservation des écosystèmes angevins

    Les rendez-vous nature

    Découvrez d'autres Espaces Naturels Sensibles à proximité

    Retour en haut de la page

    Nos sites web

    maine-et-loire.fr